War Veteran Testimonies – le projet

Témoignages de guerres dans les aires soviétiques et post-soviétiques Regards croisés : Afghanistan (1979-1989) / Tchétchénie (1994-2009)

Le témoignage de guerre a constitué, en Union soviétique, une forme d’expression publique élaborée et institutionnalisée. Le récit de l’ancien combattant de la Deuxième Guerre mondiale, glorifiant l’exploit du peuple soviétique dans une lutte contre un mal absolu a servi de modèle et de référence unique au témoignage. Or, l’Union soviétique tout comme les États issus de sa dissolution ont été engagés dans une série de conflits armés : en effet, plus de 600 000 citoyens soviétiques ont participé aux actions armées de l’URSS en Afghanistan (1979-1989) alors que de 80 000 à 100 000 citoyens russes ont combattu du côté fédéral au cours de la première guerre en Tchétchénie (1994-1996) et autant au cours de la deuxième (1999-2009). Ces guerres qui « n’ont jamais voulu dire leurs noms » car elles n’ont jamais été considérées comme telles par les autorités soviétiques puis russes, ont donné naissance à de nouveaux groupes d’anciens combattants, plus compliqués à appréhender du fait du statut particulier de ces guerres qui ne se soldaient ni par des victoires, ni ne faisaient, de fait, l’objet de processus d’héroïsation des anciens soldats. Oubliées et niées, ces expériences de guerres et de sorties de guerre, sont au cœur du projet de collecte de témoignages que mènent Anna Colin Lebedev (sociologue et politiste, associée au CERCEC), Cloé Drieu (historienne, chargée de recherche au CETOBAC) et Elisabeth Sieca-Kozlowski (sociologue, associée au CERCEC, coordinatrice du LabEx TEPSIS), en collaboration avec le CETOBAC, le CERCEC et la revue The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies (pipss.org). Ces témoignages seront mis en ligne sur ce Carnet de recherche, ainsi que nos retours de terrains et d’expériences de recherches. Ce projet bénéficie d’un financement « fonds de préfiguration » de TEPSIS – il est porté par Cloé Drieu au sein du CETOBAC –, ce qui nous permet de faire trois terrains en 2015 : l’Ukraine en février, le Tadjikistan en juin et la Russie en juillet. Le projet a d’ores et déjà vocation à s’élargir avec l’intégration de chercheuses et chercheurs français et étrangers. Ainsi, nous ont rejoints : Markus Göransson (historien, Université d’Aberystwyth, Grande-Bretagne), Sophie Hohmann (démographe, associée au CERCEC), Marlène Laruelle (Directrice du Central Asia Program, George Washington University), Anne Le Huérou (politiste, ISP – Université Paris Ouest Nanterre la Défense), Aude Merlin (politiste, Université Libre de Bruxelles), Muzzafar Olimov (sociologue, Centre Sharq), Amandine Regamey (historienne, Paris I et Cercec), Silvia Serrano (politiste, Université de Clermont-Ferrand et CERCEC) et Nona Shahnazarian (anthropologue, Center for Independent Social Research, Saint-Pétersbourg, Russie). De plus, un conseil scientifique a été constitué avec Maryam Abou-Zahab (politiste, chercheure indépendante), Stéphane Audoin-Rouzeau (historien, Ehess), Hamit Bozarslan (politiste et historien, CETOBAC), Raphaëlle Branche (historienne, université de Rouen), Gilles Dorronsoro (politiste, Paris I) et Gilles Favarel-Garrigues (politiste, CERI).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.